Création du collectif d’avenir de La Perle

27 avril 2019

Le 7 sep­tem­bre 2018 une pre­mière réu­nion a lieu, croisant des per­son­nes aux com­pé­tences dif­férentes et mul­ti­ples. Lau­rent, patron de son bar, pro­fes­sion­nel dans son méti­er, Yves son avo­cat, Jean-Luc son expert-compt­able, Sarah, forte de l’ex­péri­ence du mon­tage du bar asso­ci­atif La Dérive, Patri­cia, accom­pa­g­na­trice de pro­jets mil­i­tants, Michel d’Al­ter­nantes, Guy, Han­nah, Sophie et Dom, usager·ères motivé·es par cette démarche. Tous amis de Lau­rent et clients de La Perle.

La réflex­ion s’in­scrit dans l’idée de la trans­mis­sion du bistrot et de ses activ­ités aus­si divers­es que var­iées. Et surtout de trans­mis­sion de “l’e­sprit La Per­le”.

Il est clair que La Per­le sans “Lolo” ne sera plus la même. Mais nous rêvons d’affirmer et de péren­nis­er l’e­sprit d’ou­ver­ture et d’échanges culturels.

Nous voulons garder ce point d’at­trac­tion, ce lieu de trans­gres­sion, cet out­il de lien social.

Contexte et contraintes de la démarche de réflexion

Le bistrot La Per­le est le bébé de Lau­rent, issu de 25 ans de méti­er, ce n’est pas seule­ment un out­il de tra­vail qui a évolué avec le temps, c’est une entité com­plexe, une entre­prise à l’équili­bre frag­ile dans un con­texte com­mer­cial, lég­is­latif et économique en per­pétuelle mutation.

Mais c’est aus­si le fruit de ren­con­tres improb­a­bles, d’ini­tia­tives indi­vidu­elles ou col­lec­tives qui ont façon­né l’e­sprit d’ou­ver­ture et d’im­pro­vi­sa­tion de La Perle.

La con­trainte prin­ci­pale est le coût de la reprise (Lau­rent a investi dans son out­il de tra­vail et compte retrou­ver ses billes en par­tant) : entre 130 000 et 150 000 €.

Total com­prenant tous les frais : achat du fonds de com­merce, licence, enreg­istrement, per­mis d’exploitation.

La négo­ci­a­tion avec le pro­prié­taire des murs pour le bail com­mer­cial (échéance 2022) est un autre impératif.

La con­créti­sa­tion de la reprise définit la date de retraite de Lau­rent. (Prévi­sion 20/22)

Intentions et valeurs, base consensuelle du projet

  • Garder son fonc­tion­nement intu­itif et spon­tané d’ou­ver­ture à tous
  • Con­serv­er le même fonc­tion­nement (ampli­tude horaire)
  • Préserv­er le même esprit (un café/bistrot où l’on peut apporter son manger)
  • Porter les mêmes valeurs d’ouverture (foo­teux comme politiques…)
  • Main­tenir les mêmes usages (con­som­mer bar, réu­nions, con­certs, expositions…)
  • Entretenir l’inscription dans le « quarti­er » (rap­ports priv­ilégiés avec les autres commerces)
  • Amélior­er l’organisation (pass­er d’un indi­vidu à un collectif)
  • La reprise du fond et du com­merce par une struc­ture col­lec­tive inscrite dans le droit ne doit en aucun cas pénalis­er Lau­rent finan­cière­ment et moralement

Journée de création du collectif d’avenir de La Perle

Nos recherches et la méthode empirique ou pragmatique

Recherche d’ex­em­ples

Nous avons avec nous Sarah et l’exemple de La Dérive (bar asso­ci­atif) en phase de créa­tion et de développe­ment d’un lieu asso­ci­atif mil­i­tant avec bar de quarti­er, social club…

À la recherche d’un statut : asso­ci­atif, Scic, autre ? Nous avons vis­ité d’autres lieux exis­tants ou en pro­jet pour leurs exem­ples de choix, de statut et de gou­ver­nance collective.

  • Le Ren ar Puns à Châteaulin : trans­mis­sion d’un café-con­cert, entre­prise indi­vidu­elle vers une struc­ture col­lec­tive autour de la musique (lieu de rési­dence, Stu­dio de répéti­tion et d’enregistrement, salle de con­cert et bar…)
  • Le Champ Com­mun à Augan : bar, épicerie, brasserie en société coopéra­tive d’in­térêt collectif

Ces lieux ont vu le jour et fonc­tion­nent grâce à la dynamique d’in­di­vidus et la puis­sance de leur col­lec­tif. Le col­lec­tif est indis­pens­able pour le mon­tage du pro­jet et pour le développe­ment des struc­tures, quel que soit le statut choisi pour fonctionner

État des lieux

Jean ‑Luc nous a fait une analyse compt­able de l’EURL La Per­le Ador.

Nous inter­ro­geons par un ques­tion­naire les asso­ci­a­tions et groupes usager·ères de la salle du haut.

Un cahi­er est à dis­po­si­tion de tous pour répon­dre aux ques­tions : « qu’est-ce qui t’a amené là et pourquoi tu reviens ? » et not­er toutes les réflex­ions autour de ce sujet.

Nous avons inté­gré une dizaine de per­son­nes dans le col­lec­tif de réflex­ion, qui sont invité·es à chaque réu­nion men­su­elle et informé·es par l’en­voi d’un compte ren­du de réunion.

Michel et Dom ont procédé à l’in­ter­view de Lau­rent sur l’his­toire des 25 ans de La Per­le, une retran­scrip­tion est en cours.

La question du jour – perspectives et propositions

Êtes-vous motivé·es par ces réflex­ions pour pour­suiv­re ce tra­vail et vous inve­stir dans une démarche col­lec­tive ? L’avenir de La Per­le peut vous appartenir, prenez-le en main !

Cette prise de con­tact doit per­me­t­tre une ému­la­tion dans l’ap­pro­pri­a­tion de La Perle.

Les thé­ma­tiques sont divers­es : mon­tage juridique et compt­able, recherche de fonds, com­mu­ni­ca­tion autour du pro­jet, pro­gram­ma­tion d’événe­ments, con­certs, expos, débats, poésie… l’amélio­ra­tion du lieu, et même le méti­er de bar­man (mode La Perle) …

Pourquoi pas un chantier par­tic­i­patif pour chang­er de déco, pour faire le ménage de printemps ?

Toutes les idées sont les bien­v­enues, toutes forces vives seront opportunes !

Con­tactez-nous pour : être informé·es, par­ticiper à la réflex­ion sur un sujet à pré­cis­er, don­ner un coup de main…

Mer­ci à vous d’être présent·es !

Le cen­tre cul­turel col­lec­tif per­lusien (CCCP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.